Financer ses études : les alternatives

Digital Campus - école digital

Intégrer une université de renom ou une Grande École après le Bac constitue un investissement considérable pour les nouveaux bacheliers. Les frais de scolarité font partie des critères pour choisir l’institut où poursuivre ses études, la question du financement étant au centre des préoccupations. Il existe néanmoins diverses solutions pour financer ses études et aller au terme de sa formation. Découvrez nos conseils.

Financer ses études : investir pour son avenir

Plusieurs bacheliers choisissent leur futur établissement en fonction des frais de scolarité. La différence entre les frais appliqués peut être très importante entre une université publique et une école privée, ou même entre 2 écoles privées. Dans les établissements publics :

  • Les frais d’une année de cycle de Licence s’élèvent en moyenne à 170 € ;
  • Les frais d’une année de cycle de Master s’élèvent en moyenne à 240 € ;
  • Les frais d’une année de formation en tant qu’ingénieur s’élèvent en moyenne à 600 €.
  • Les frais de scolarité sont gratuits pour les étudiants ayant une bourse d’études.

Dans les établissements privés, le constat est tout autre puisque les frais de scolarité peuvent s’avérer élevés, surtout si l’école profite d’une excellente notoriété. En effet, pour faire ses études dans une école privée, il faut s’acquitter de 3 000 € à 10 000 € chaque année en moyenne.

alternatives pour financer ses études

Que vous choisissiez une université publique ou une école privée, vous devez prendre en compte qu’il s’agit d’un investissement nécessaire pour assurer votre avenir : aller au terme de votre formation universitaire nécessite un budget non négligeable. Pour une formation jusqu’à l’obtention d’un diplôme de Licence, il est question d’un investissement évalué autour de 400 € en moyenne dans une université publique et d’un investissement allant de 9 000 € à 30 000 € dans une université privée. Ces frais peuvent d’ailleurs augmenter si vous continuez jusqu’au Master et si vous décidez de poursuivre des études d’ingénieur. Cependant, il faut savoir que plus vous investissez dans vos études, plus vous aurez de chances de décrocher un travail qui pourra vous permettre de rentabiliser assez vite cet investissement. De plus, poursuivre vos études améliore significativement vos chances de trouver un emploi. D’après une étude menée en 2020, 81,7 % des étudiants de grandes écoles ont réussi à trouver un emploi moins de 6 mois après la validation de leur diplôme. Ces chiffres sont sensiblement les mêmes pour les étudiants issus des universités publiques.

Les économies personnelles pour financer ses études supérieures

La première solution pour financer ses études est de piocher dans ses économies personnelles. Les parents épargnent généralement de l’argent pour financer tout ou partie des études de leurs enfants. Pour cela, il est possible d’opter pour :

  • Le livret A, un dispositif qui permet d’épargner au maximum 22 950 € par personne dans la famille. La somme ainsi épargnée peut financer les premières années d’études ;
  • L’assurance-vie, un dispositif particulièrement adapté pour la constitution d’un capital. D’ailleurs, la souscription d’une assurance-vie est une méthode de plus en plus utilisée par les parents pour financer les études de leurs enfants. Il faut cependant souscrire ce type d’assurance au plus vite parce que les plus-values de l’assurance-vie ne sont exonérées d’impôts qu’après 8 ans.

Le prêt étudiant pour financer ses études supérieures

Le prêt étudiant est une aide financière accordée à un étudiant pour qu’il puisse financer ses études supérieures. On retrouve principalement 2 types de prêts étudiants, à savoir :

  • Le prêt étudiant garanti par l’État. Ce type de prêt est accordé par 5 banques qui sont la Banque Populaire, le Crédit Mutuel, la Caisse d’Épargne, le CIC et la Société Générale. Le prêt étudiant garanti par l’État n’a besoin ni de conditions de ressources, ni de garant. De plus, ce type de prêt peut être demandé par les étudiants âgés de 18 à 30 ans. Pour bénéficier de cette aide, il faut présenter un certificat de scolarité à la banque.
  • Le prêt étudiant classique accordé par la banque dans le cadre du financement des études supérieures. Vous devez toutefois avoir un garant si vous voulez profiter de ce type de prêt.

Vous pouvez également opter pour le prêt d’honneur étudiant pour financer vos études. Il s’agit de l’aide financière qui a remplacé le prêt étudiant à taux zéro. L'enveloppe de l’aide octroyée peut aller jusqu’à 1 000 € et peut être demandée de différentes manières :

  • Via l’avance de bourse, il vous est possible de recevoir une aide pouvant aller jusqu’à 610 €/mois sur une période de 3 mois. Le montant est à rembourser sur une période maximale de 12 mois ;
  • Via l’avance de rentrée : cette modalité vous permet de recevoir une aide de 1 000 € pour le financement des frais de rentrée. Le remboursement doit se faire dans les 3 mois qui suivent la contraction du prêt.

L'alternance pour financer ses frais de scolarité

Pour financer ses frais de scolarité,  l'alternance est également une solution astucieuse. Un mélange entre solution financièrement avantageuse et construction de son expérience professionnelle. En effet, lorsque un étudiant est embauche en alternance, l'entreprise qui le recrute prend en charge tout ou une partie des frais de scolarité liée à sa formation. L'étudiant gagne en expérience et économise les frais de scolarité qui seront pris en charge par son entreprise. 

L'alternance est un dispositif avantageux qui nécessitent un contrat tripartite, un vrai sérieux et une assiduité irréprochable de la part de l'étudiant vis-à-vis de son entreprise et de son école. C'est l'occasion de faire un premier pas dans le monde du travail et d'adopter une véritable posture professionnelle.

Les bourses pour financer ses études supérieures

Les bourses sont les aides les plus courantes choisies par les étudiants pour financer leurs études supérieures. On retrouve principalement :

  • Les bourses sur critères sociaux ou BCS. Ces bourses sont octroyées aux étudiants âgés de moins de 28 ans. L’octroi de cette bourse se fait en fonction de plusieurs paramètres comme l’éloignement domicile-lieu d’études, le nombre d’enfants à charge des parents, les revenus de ces derniers ou encore la nationalité de l’étudiant. Pour bénéficier de cette aide, il est demandé à l’étudiant d’être présent lors des cours et des examens et que sa progression dans ses études se fasse normalement.
  • L’aide au mérite, qui est une bourse complémentaire des bourses sur critères sociaux. Le montant de la bourse est de 900 € à verser en 9 fois. L’aide au mérite est octroyée aux étudiants ayant eu la mention « très bien » lors du Bac.
  • L’allocation Erasmus+, octroyée aux étudiants dans le cadre d’un échange entre établissements. Pour profiter de cette aide, l’étudiant doit s’inscrire dans une école européenne. Cette aide est complémentaire avec la bourse BCS.
  • L’aide à la mobilité internationale, une aide financière qui s’élève à 400 € par mois. Elle est attribuée aux étudiants poursuivant leurs études à l’étranger pour une période comprise entre 2 et 9 mois. L’aide à la mobilité internationale peut être cumulée avec la bourse sur critères sociaux et avec l’aide au mérite ;
  • L’aide à la mobilité master, d’une valeur de 1 000 €, peut être octroyée aux étudiants de niveau licence inscrit en M1 dans une école située dans une autre région de celle où ils ont entamé leur formation.
  • L’allocation spécifique annuelle destinée aux étudiants en difficulté. Comme son nom l’indique, cette aide est octroyée aux étudiants qui ne bénéficient plus ou pas du soutien de leurs parents et qui ne bénéficient pas de la BCS. Cette aide permet aux étudiants de ne pas payer les droits de sécurité sociale ainsi que les droits d’inscription. Le versement de cette allocation se fait durant 10 mois et elle peut être cumulée avec l’aide au mérite et avec l’aide à la mobilité internationale.

Les jobs étudiants en freelance pour financer ses études

Dans certaines situations, les étudiants peuvent se voir refuser une bourse ou une aide pour financer leurs études. Dans ce cas, le meilleur moyen pour payer ses frais de scolarité est le recours aux jobs étudiants. Travailler en tant que freelance semble être la meilleure option.

Être étudiant tout en étant freelance offre en effet plusieurs avantages. D’une part, vous pourrez financer l’ensemble ou une partie des dépenses relatives à vos études tout en ayant la possibilité d'adapter votre emploi du temps en fonction de vos besoins. D’autre part, vous engrangez rapidement de l’expérience avant même de terminer vos études. Cela vous permettra ensuite d’avoir un CV très fourni et facilitera votre recherche d’emploi une fois votre cursus terminé. Cela vous permet aussi de tester de nouveaux concepts et de nouvelles idées sans pour autant prendre des risques trop importants.

Cependant, concilier sa vie de freelance avec sa vie d’étudiant peut avoir certains inconvénients. Sans une bonne organisation et une bonne gestion de son emploi du temps, il est possible de se perdre entre les études et le travail, voire de ne plus avoir de temps à consacrer à l’une ou l’autre activité. Travailler en freelance, c’est également avoir d’importantes responsabilités. Outre la pression de devoir réussir votre année universitaire et de devoir payer les frais de scolarité, vous devez également respecter vos obligations en tant que travailleur. En ce sens, vous devez :

  • Respecter les deadlines imposés par les clients ;
  • Respecter le cahier des charges ;
  • Effectuer une prestation de qualité ;
  • Assurer le suivi client ;
  • Payer vos impôts

De plus, le statut de freelance (de micro-entreprise plus précisément) ne permet pas de faire une distinction de patrimoine. En d’autres termes, si vous avez contracté des dettes dans le cadre de votre activité professionnelle, l’ensemble ou une partie de vos biens peuvent être saisis pour payer ces dettes.

En conclusion, il existe différentes méthodes pour financer vos études supérieures, que vous choisissiez d’intégrer une école privée ou publique. Il vous suffit de vous baser sur vos moyens pour effectuer un tri parmi ces solutions.