Les débouchés d’une école multimédia

Digital Campus - ecole multimédia

Utilisé pour la première fois en 1980, le terme « multimédia » est depuis entré dans le langage courant. Actuellement, il fait référence à tout ce qui se rapporte aux nouvelles technologies, notamment l’informatique, la communication et le numérique. Si vous souhaitez vous orienter vers les métiers du digital, nous vous dévoilons tout ce qu’il faut savoir sur les débouchés d’une école multimédia.

Les formations disponibles en école multimédia

Le multimédia englobe plusieurs thématiques à la fois. Cette pluridisciplinarité lui permet d’offrir une formation généraliste avec une multitude d’options de spécialisation.
Tout d’abord, les apprenants doivent assister à des cours en tronc commun pour apprendre les techniques graphiques (design graphique et arts appliqués), l’informatique (développement web), et les généralités culturelles et artistiques. Ils ont aussi accès à des cours de communication et de commerce, comme le marketing communication, la stratégie digitale et la gestion de projet.
Ensuite, ils choisissent la spécialité qu’ils souhaitent entamer suivant leur projet professionnel. Les différentes spécialisations possibles sont :

  • Le journalisme digital ;
  • Les arts graphiques ;
  • La communication visuelle ;
  • Le design interactif ;
  • Le game design ;
  • Les jeux vidéo et les effets spéciaux.

Il existe des formations en :

  • Classes préparatoires

Graphisme ;

Audiovisuel.

  • BTS : audiovisuel ;
  • Bachelor : webmarketing, game design, animation 3D, graphiste multimédia ;
  • Master : cinéma, digital, VFX ;
  • Mastère spécialisé : graphisme, multimédia, animation interactive.

Durant le cursus, les étudiants auront à effectuer des stages en entreprise pour s’adapter rapidement au monde professionnel.

Bon à savoir :
Certaines institutions proposent une réorientation pour les personnes en reconversion professionnelle, qui souhaitent intégrer une école multimédia, à l’aide du PTP ou Projet Professionnel de Transition. À cela s’ajoute l’éligibilité au compte personnel de formation (CPF) pour ceux qui envisagent de reprendre leurs études et d'obtenir de nouvelles qualifications.

Des exemples de métiers dans le multimédia

Ce secteur en pleine expansion ne cesse de créer de nouveaux emplois grâce à la numérisation. Il participe grandement à la révolution du domaine du digital puisqu’il est étroitement lié à Internet.
Les débouchés sont divers et variés. Selon chaque type de spécialisation, il est possible de distinguer :

Ce sont les plus nombreux. De nos jours, il est difficile de les dissocier, car le multimédia est le principal support/outil employé pour travailler dans le web. On retrouve :

Les métiers dans la création web :

  • Directeur artistique ;
  • Webdesigner ;
  • Webmaster ;
  • Concepteur réalisateur.

Les développeurs :

  • Web ;
  • Informatique ;
  • Jeux ;
  • Mobile ;
  • Front-end ;
  • Back-end ;
  • Full stack.

Les métiers dans le marketing digital :

  • Data scientist/Data analyst ;
  • Consultant web analytique 
  • Community Manager ;
  • Consultant en référencement/Expert SEO ;
  • Traffic Manager ;
  • Social Media Manager ;
  • Chef de projet e-business.

Les concepteurs de projets multimédias

Aussi appelés analystes-concepteurs, leur rôle consiste à déchiffrer les besoins fonctionnels du client. Ce sont :

  • Les auteurs/scénaristes ;
  • Commercial en informatique ;
  • Motion designer.

Il s’agit du secteur qui fait particulièrement rêver les jeunes qui souhaitent vivre de leur passion. Le chiffre d’affaires du marché a augmenté de 11,3 % en 2020, ce qui représente plus de 5,3 milliards d’euros. Cette croissance est essentiellement due à toutes les innovations concernant les accessoires, les consoles et les PC.
Actuellement, les métiers des jeux vidéo ont le vent en poupe et le secteur embauche énormément de talents, notamment en tant que :

  • Game designer ;
  • Level designer ;
  • Réalisateur de cinématiques ;
  • E-Sportif/pro-gamer ;
  • Caster ou streamer ;
  • Organisateur e-sport.

La majorité de ce qui compose l’environnement moderne est composée de design graphique : produits, publicités ou marque. Derrière ces réalisations, se cache le travail acharné d’un graphiste. Actuellement, on compte environ 60 000 graphistes en France, dont la plupart en freelance. Il est possible de travailler dans le graphisme en tant que :

  • Réalisateur de jeu ;
  • Infographiste/Infographiste 3D ;
  • Designer : Flash/sonore/de réalité virtuelle/d’interaction ;
  • Modeleur 3D ;
  • Réalisateurs et professionnels de la réalité virtuelle ;
  • Monteur vidéo ;
  • Chargé de production vidéo.

Les salaires après une école multimédia

Le salaire diffère selon le poste, la spécialité, l’expérience et le niveau d’étude. Toutefois, des enquêtes réalisées auprès de jeunes diplômés sortant d’une école de web et de multimédia ont permis d’obtenir quelques chiffres. Un écart considérable a été constaté entre le salaire le plus bas et le plus élevé. Il s’agit d’une différence d’au moins 55 000 € à l’année. Toutefois, en moyenne, le premier salaire est estimé à 36 500 € brut par an.
Ci-dessous la liste de quelques exemples de métiers et leurs salaires :

  • Un ingénieur multimédia gagne en moyenne 2 020 € par mois, soit 24 240 € par an ;
  • Un concepteur multimédia en informatique débute avec à peu près 2 600 € par mois, avec possibilité d’obtention de complément allant de 10 000 €, étant donné la charge de travail ;
  • Le salaire moyen d’un infographiste est de 2 000 € à 2 300 € par mois, mais peut grimper jusqu’à 3 000 € ;
  • Un développeur multimédia touche 37 200 € par an en moyenne En général, les débutants commencent avec 1 800 € par mois.
  • Un designer multimédia est payé 25 € de l’heure en moyenne. Le salaire mensuel de base d’un graphic designer est de 2 800 €, et celui d’un webdesigner est de 1 870 €.

Par ailleurs, les honoraires reçus par les professionnels des jeux vidéo sont beaucoup plus conséquents, surtout s’ils sont employés par une grosse entreprise. Un concepteur de jeu vidéo peut prétendre à un salaire mensuel allant jusqu’à 4 200 €.

Le marché de l’emploi dans le secteur du multimédia

Au cours de ces dernières années, le multimédia a particulièrement pris de l’ampleur grâce aux nouvelles technologies, à l’évolution de l’informatique, de l’audiovisuel et de la cybernétique. D’ailleurs, les entreprises spécialisées dans ce domaine sont de plus en plus sollicitées depuis qu’Internet est devenu un pilier majeur de la communication et de la diffusion d’information.
D’un autre côté, ce développement est intimement lié au secteur du divertissement. Les effets spéciaux et les enregistrements sonores retrouvés dans l’industrie cinématographique résultent des activités de différents animateurs et d’ingénieurs. Il en est de même pour les jeux vidéo.
De ce fait, le marché du travail dans le multimédia est particulièrement diversifié. En France, des milliers d’emplois dans le multimédia sont à pourvoir (plus de 20 000 sur le site de Pôle Emploi), dont plus de 850 rien que dans le digital. Les départements les plus demandeurs sont l’Île-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes et l’Occitanie.
Les principales entreprises qui recrutent varient suivant la spécialisation. Par exemple : Orange, EDF ou encore Colas embauche des spécialistes en réseaux informatiques et télécommunications. tandis que Canal+ recherche plutôt des ingénieurs en audiovisuel, et Ubisoft Recrutement des éditeurs de sites et de logiciels.
Les programmeurs sont les plus demandés, surtout dans le domaine du jeu vidéo. Effectivement, au moins 32 % des annonces concernent la programmation. En deuxième place se trouvent les infographistes (28 %), devant les game designers, concepteurs et scénaristes (10 %), sans oublier les commerciaux (8 %).
L’industrie du cinéma offre aussi un certain nombre d’opportunités. On peut y trouver plus de 300 000 emplois en CDI ou CDDU grâce à l’existence de nombreuses entreprises de production audiovisuelle, de télédiffusion et radiodiffusion.

Les profils recherchés en multimédia

Travailler dans le multimédia peut convenir à de nombreux types de profils en raison de la pluridisciplinarité de la filière. Tous les candidats sont légitimes du moment que la passion est là. Néanmoins, quelques atouts spécifiques peuvent s’avérer utiles dans certains domaines. Étant donné l’essor du monde numérique et la forte concurrence du secteur, les entreprises ciblent surtout des professionnels qualifiés. En plus des compétences techniques, des aptitudes personnelles sont aussi requises. Par conséquent, il est primordial de développer des compétences que d’autres n’ont pas afin de bénéficier d’un avantage considérable lors du recrutement.
En général, les recruteurs dans le multimédia attendent d’un collaborateur qu’il soit flexible, proactif, ouvert d’esprit, créatif, et qu’il sache travailler en équipe. Ces critères peuvent se révéler plus importants que les diplômes et les compétences techniques.
Citons quelques exemples de métiers avec les qualités et les aptitudes demandées :

  • Pour devenir concepteur multimédia : il faut avoir une imagination sans faille, de la polyvalence et un esprit curieux ;
  • Pour être game designer : il est nécessaire d’avoir une passion incontestable pour les jeux vidéo, de la créativité, de la rigueur et un sens de l’organisation ;
  • Pour un monteur vidéo : une capacité d’observation et d’analyse, une forte résistance au stress ;
  • Pour devenir directeur artistique : il faut être polyvalent, savoir manager et travailler en équipe ;
  • Pour un designer sonore : une bonne culture générale de la musique et une oreille musicale développée.

Le profil recherché est fonction du poste visé. Certaines compétences s’acquièrent durant les cursus de formation, mais d’autres non. Cependant, avoir de bonnes aptitudes en communication et en relationnel reste particulièrement important pour réussir dans le multimédia.