Découvrez le témoignage de Maxime Butin, étudiant en 2e année du Mastère Expert en Stratégie Digitale à Digital Campus Lyon. Il vient nous parler de son projet. 

Quel a été l'élément déclencheur de ton projet ? L’idée te vient-elle d’une expérience personnelle ?

L'élément déclencheur fut certainement l’affluence de la sharing economy. L’arrivée d’acteur majeurs comme Airbnb, Uber, etc … et l’énorme business lié à cette économie. Comme souvent, l’idée vient d’une expérience personnelle et en l’occurrence ici d’un séjour au ski.

En bref, tout est parti d’un voyage au ski dans une station française mondialement connue : Courchevel. Le temps d’un séjour, au programme : neige, glisse et vin chaud. Le tout dans un merveilleux chalet. Premier jour, première glisse : Mes amis et moi-même n’ayant pas de matériels de ski, le temps était venu pour nous de louer des chaussures, des bâtons et des skis. Direction le magasin de station le plus proche. A l’arrivée, c’est la douche froide. Une file d’attente de plus de 1h nous accueillait. Une fois équipés, et avant de skier, nous devions obligatoirement acheter et retirer les forfaits de ski. Une fois de plus, l’attente était interminable. 2h plus tard, nous avons pu enfin skier.

Il nous aura fallu une matinée entière pour être opérationnels et être en mesure de profiter de la neige. Après une journée fatigante, entre l’attente et les joies de la glisse, l’heure était venue de rentrer au chalet. Avant ça, un détour par la supérette de la station s’imposait afin de faire à manger pour le soir. Pour quelques steaks surgelés, des pâtes à la bolognaises, quelques yaourts, une bouteille d’alcool fort et des softs, l’addition était salée : 65 euros pour le soir…

Vous l’aurez deviné, le budget du séjour était déjà bien entamé. Après une discussion avec mes amis, il nous est venu l’idée de développer une proposition de service pour éviter la perte de temps aux sports d’hiver et améliorer la qualité du séjour tout en faisant des économies.

Quelles ont été les 1ères étapes ?

Les premières étapes sont souvent simple mais ultra décisives pour la suite du projet. Tout de suite, nous avons voulu situer notre offre auprès d’amis, connaissances, familles etc. Nous avons donc réalisé plusieurs sondages avec des questions assez ouvertes. Une fois ces sondages analysés, nous avons menés plusieurs enquêtes téléphoniques. L’objectif était vraiment d’échanger sur notre projet auprès d’un publique représentatif afin de trouver la valeur unique de notre projet.

Depuis combien de temps travailles-tu ? Quelles sont les étapes de réflexion et de travail pour trouver l'idée ?

L’idée n’est pas forcément longue à trouver, tout le monde à une dizaine d’idée de startup par jour. Le plus long et le plus compliqué, est surtout de trouver la valeur unique et parvenir à générer un business rentable. D’ailleurs souvent, l’idée de départ évolue en fonction des différentes étapes d’une création de startup. C’était le cas pour nous. Je travaille sérieusement sur le projet depuis environ fin novembre à raison de 2-3 soirs par semaine. Je suis en binôme avec un ami de ma promo.

Quelles sont les différentes étapes de production pour arriver à la présentation pour le titre ?

Evidemment, c’est d’abord l’idée du projet. Ensuite vient la partie étude de marché. L’objectif est d’appuyer notre idée avec des chiffres concrets pour rassurerer les investisseurs lors de pitchs de présentation du projet par exemple. Vient ensuite les parties sondages, interviews, enquêtes. Ces actions doivent être analyser afin de trouver la valeur unique du projet. Enfin, nous nous sommes pencher sur la partie business comprenant le business model (monétisation) et le business plan. En parallèle, un plan de communication marketing a été établi. Vient maintenant la partie maquettages, précédant la construction d’une présentation pour un pitch solide.

Comment te sens tu aujourd’hui ?

Honnêtement, je suis plutôt serein. Nous avons un business plan solide qui tient la route et qui est assez concret, pour l’avoir partager avec des amis travaillant dans la finance. Nous allons entrer dans la phase prototypage et maquettes, le projet devient de plus en plus concret. Après mon alternance, je compte me prendre énormément de temps. Ce fut une année assez chargée mine de rien !

Penses-tu poursuivre ce projet après l'école ?

Pour l’instant, je ne sais pas. J’ai tendance à dire non car je travaille dans une agence de communication et je m’éclate dans ce domaine. Je n’ai pas une envie débordante de me lancer dans l’entreprenariat pour l’instant. Peut-être plus tard qui sait …