Digital Campus Montpellier a eu le plaisir d'accueillir Boris Bergerot pour animer une conférence sur l'e-commerce. Il nous a accordé une interview pour parler de son parcours et revient pour nous sur le thème de la conférence.

Parlez-nous de votre parcours !

 En quelques mots, je dirais que je suis un globe-trotter dans la vraie vie et aventurier du web. J’ai la chance de travailler sur Internet depuis plus de 15 ans.

A la base je suis ingénieur en systèmes et réseaux mais j’ai rapidement pris le virage du web, des réseaux sociaux, du management, de la formation et du conseil en stratégies digitales et e-business. Chef de projet, formateur, associé, puis consultant j’ai finalement parcouru par mal d’univers professionnels tout en aimant être autodidacte.

J’interviens dorénavant dans des établissements d’enseignement supérieur (Bachelors, Masters, MBA) en France, je propose des prestations de conseil pour PME/grands comptes et je suis également entrepreneur. Bref je suis un électron libre heureux de voyager entre formations et monde professionnel.

Pourriez-vous parler du thème de la conférence que vous avez animée à Digital Campus ?

Le thème proposé pour cette conférence est le suivant « Le commerce connecté va t-il tuer le e-commerce ? ». La réflexion s’inscrit dans une époque où les hommes n’ont jamais été aussi connectés grâce à Internet, tout en aimant vivre une expérience humaine. Le e- commerce dont de nombreuses personnes pensaient qu’il allait tuer le commerce traditionnel, se trouve à présent être un vrai canal de distribution pour les enseignes mais il est fortement lié (voire dépendant) des points de vente physiques.

Au final e-commerce, réseaux sociaux, expérience en magasin connecté, digitalisation des points de vente, utilisation du smartphone sont autant de sujets qui ont été abordés dans cette conférence ayant pour objectif de sensibiliser l’audience sur les mutations digitales profondes de notre époque impactant le marketing et la vente.

Quelle est la pertinence d’une école telle que Digital Campus sur le tissu économique et numérique local ?

Montpellier est l’une des villes les plus attractives de France ces dernières années. Certes nous avons le soleil et la mer, mais nous avons aussi un formidable territoire numérique. Labellisée FrenchTech, dotée d’un soutien fort de la part du département et de la région, Montpellier a su se construire un écosystème mêlant monde des start-ups (nombreux incubateurs), accompagnement des jeunes pousses (ex : BIC), investissements privés, universités et écoles d’enseignement supérieur. Les conditions sont donc réunies pour stimuler l’innovation, la compétitivité, l’ouverture à l’international et l’embauche dans le numérique.

La présence de Digital Campus à Montpellier est donc une excellente nouvelle pour les étudiants qui vont pouvoir dès la rentrée prochaine suivre un cursus adapté aux attentes des entreprises et dans des conditions optimales au sein d’un complexe tourné vers la pédagogie innovante et le numérique.

Selon vous, quels genres de profils les entreprises ont-elles besoin de recruter aujourd’hui et pourquoi ?

 A mon sens, il n’y a pas « un » profil type recherché. Nous sommes dans une ère où la polyvalence devient souvent le maître mot avec toutefois quelques domaines d’expertises attendus !

Les postes de Community Manager, Social Media Manager, Growth Hacker, UX Designer, Chef de projet digital ont probablement un bel avenir devant eux car les entreprises ont conscience des enjeux liés au digital sans pour autant avoir systématiquement les compétences en interne. Mais un profil curieux, capable de faire de la veille, de maîtriser les stratégies Social Media, conscient de l’impact du e-commerce et des nouveaux comportements des consommateurs aura, je pense, de sérieux atouts pour entamer sa carrière professionnelle. S’il travaille en plus son Personal Branding, qu’il maitrise l’anglais et qu’il a une vraie expérience pro (stage/alternance) avant la fin de son diplôme alors là il aura mis toutes les chances de son côté…

Le petit mot de la fin...

J’ai souvent du mal avec ce mot : « fin ». Je préfère plutôt penser que c’est le « début » de quelque chose de nouveau. Et c’est bien le cas ici, puisque Digital Campus ouvre ses portes dans quelques semaines/mois et que l’aventure s’annonce palpitante aussi bien pour les membres de l’équipe pédagogique que pour les étudiants. Vivement la rentrée !