Les écoles du web bénéficient d'une forte cote de popularité auprès des entreprises d'aujoud'hui.

Peu connues des jeunes, les écoles de l’Internet bénéficient d’une forte cote de popularité auprès des entreprises. Digital Campus & HETIC, deux écoles des métiers du web du réseau Studialis, forment les futurs managers 2.0.

Si les écoles et les universités dédiées aux technologies du Web se sont fortement développées aux Etats-Unis, la France accuse encore un retard en matière de formation. Certaines écoles de commerce et d’ingénieurs proposent certes des masters de Web mais les entreprises restent sceptiques en raison d’une unique année d’enseignement.

Marc-François Mignot Mahon, le fondateur d'HETIC, explique : « elles recherchent des profils très techniques et capables de s’adapter aux évolutions constantes de l’Internet ». Face à ce constat, Digital Campus et HETIC permettent aux étudiants de suivre des formations 100 % Web. Une preuve de leur efficacité ? « 10 000 offres d’emplois dans ce secteur pour 1 000 personnes diplômées chaque année », constate Marc-François Mignot Mahon.

Digital Campus est l’une de ces écoles pionnières, fruit de l’union de 3 écoles de référence (une école de commerce, une école d’arts appliqués/multimédia et une école d’informatique). Les étudiants suivent les cours d’un tronc commun de deux ans après le Bac puis une spécialisation en 3ème année dans la discipline de son choix (webmarketing, webdesign, webdéveloppement).

Quid des principaux intéressés ? Ces jeunes qui baignent depuis tout petit dans l’Internet ? Etonnamment, ces derniers ne s’intéressent guère aux métiers du Web. Ce triste constat s’explique en partie par une méconnaissance des conseillers d’orientation de ce type de parcours.

Les perspectives pour l’avenir sont plutôt réjouissantes, d’ici à 2015 près de 450 000 emplois devraient être créés. De quoi tranquilliser les étudiants quant à leur future insertion professionnelle.

 

Source : Le Point