Orientation pédagogique : quelles sont les différentes possibilités ?

Digital Campus - école digital
info
Nouveau : Digital Campus débarque bientôt à Strasbourg. En savoir plus

La plupart des élèves se posent des questions concernant leur orientation pédagogique. Il existe une multitude de métiers à exercer, ce qui rend difficile le choix de la formation à entreprendre. De ce fait, il est essentiel d’avoir une idée du métier désiré afin de se concentrer sur la voie à suivre par rapport à l’apprentissage. Zoom sur les orientations possibles.

Tout savoir sur l’orientation

Étudier ne suffit pas : il est aussi nécessaire de déterminer un but à atteindre. De ce fait, l’orientation scolaire et professionnelle vous est proposée afin de vous aider à définir cet objectif. Ainsi, il sera plus simple de vous situer par rapport à la multitude de formations et de cursus disponibles.

Orientation : à qui s’adresse-t-elle ?

Également connue comme étant une orientation professionnelle, universitaire et de carrière, la méthodologie consiste à proposer des filières d’apprentissage. De ce fait, cette méthodologie s’adresse aux jeunes scolarisés, mais aussi aux adultes qui souhaitent entreprendre une reconversion professionnelle.

Orientation : comment ça marche ?

En résumé, une orientation scolaire et professionnelle sert essentiellement à aider l’apprenant à choisir la formation la plus adéquate, selon ses capacités. De ce fait, l’orientation pédagogique se base sur une évaluation du parcours pédagogique antérieur, de l’état psychologique, ainsi que des perspectives envisagées.

En d’autres termes, il est possible de faire appel aux services d’un conseiller en orientation :

  • Après la classe de troisième, pour se tourner vers une option générale ou technologique ;
  • Après la classe de seconde générale pour l’orientation concernant le choix de la série au baccalauréat ;
  • Après une classe de terminale, générale ou technologique pour l’intégration aux classes préparatoires afin de s’inscrire à une grande école ou aux universités.

Le but est d’orienter l’élève sur le type d’apprentissage, mais aussi sur la formation la mieux adaptée pour lui. Pour les adultes, ce travail d’orientation peut également permettre de redéfinir le parcours professionnel.

Orientation : comment choisir sa formation ?

Il existe plusieurs manières de choisir la formation la plus adaptée. La plupart du temps, une orientation s’effectue à travers :

  • Un entretien avec un conseiller d’orientation : dépendant du service public ou privé ;
  • L’utilisation de logiciels d’aide à l’orientation : les LAO.

Orientation : que faire après le bac ?

Au moment de l’obtention du baccalauréat, général ou technologique, il est essentiel de bien choisir l’orientation pédagogique. Il s’agit du moment où les bacheliers vont devoir se former pour exercer leur futur métier.

Chaque organisme de formation, grande école ou université présente des cursus, généralement de Bac+1 à Bac+5, mais également des débouchés métiers divers et variés. Voici quelques critères essentiels qui peuvent faciliter le choix de l’orientation, une fois le bac en poche.

L’université : l’orientation privilégiée

Les études universitaires garantissent une bonne intégration au milieu professionnel. Dans ce cas, les étudiants ont le choix entre un cursus basé sur 3 grandes étapes afin d’obtenir les diplômes suivants :

  • La licence : formation Bac+3 ;
  • Le master : formation Bac+5 ;
  • Le doctorat : formation Bac+8.

La formation Bac+3 se caractérise par des étapes en L1, L2 et L3. En général, les domaines d’apprentissage concernent l’art, le droit, l’économie, la gestion, les lettres, ainsi que divers domaines scientifiques.

La formation Bac+5 se déroule en 2 ans après l’obtention du diplôme de licence. Il s’agit d’un apprentissage pour approfondir ses connaissances afin de se spécialiser dans un domaine d’activité particulier. Certaines universités proposent même des masters « indifférenciés » en vue d’intégrer la vie active et d’orienter vers la recherche.

La préparation au doctorat, formation Bac+8 s’effectue sur une période de 3 à 4 ans après l’obtention du master. Par ailleurs, l’apprentissage se perpétue au sein du laboratoire de recherche de l’université et concerne un domaine considéré comme pointu. Ces formations poussées s’adressent aux domaines scientifiques, littéraires et des sciences humaines. Le diplôme de doctorat est délivré après l’évaluation d’une soutenance de thèse rédigée par l’apprenant.

Il est également possible pour les apprenants d’opter pour des études pharmaceutiques et médicales. Ce type d’apprentissage est accessible au bout d’1, 2 ou 3 années d’études supérieures, à travers des parcours au choix :

  • La licence, option « santé » (LAS) ;
  • Le Parcours Accès Santé Spécifique (PASS).

S’orienter vers les STS et IUT

L’orientation pour poursuivre ses études au sein de STS et IUT est également une option intéressante en vue de se spécialiser sur un domaine d’activité particulier.

  • Les STS ou Sections de Techniciens Supérieurs

Au niveau des lycées, les STS ou Sections de Techniciens Supérieurs s’adressent à ceux qui ont choisi des filières technologiques. De ce fait, le but de ces sections est de préparer les apprenants à intégrer le monde du travail en étant titulaires :

  • D’un BTS ou Brevet de Technicien Supérieur ;
  • D’un BTSA ou Brevet de Technicien Supérieur Agricole.

Le cursus se déroule généralement sur une période de 2 ans (formation Bac+2) et concerne près de 140 spécialités dans des domaines d’activités particuliers, dont :

  • L’hôtellerie ;
  • La restauration ;
  • Le commerce ;
  • Le tourisme.

Les STS sont accessibles suite à une présentation de dossier et s’orientent autour des enseignements généraux, de travaux pratiques, ainsi que de stages en entreprise. Une fois les diplômes de BTS ou BTSA obtenus, près de 50 % des apprenants ont le choix entre une insertion dans le monde professionnel, ou la poursuite de leurs études. En l’occurrence, il leur est possible de poursuivre une formation d’une année supplémentaire afin d’obtenir le diplôme de licence professionnelle.

  • Les IUT ou Instituts Universitaires de Technologie

Les IUT ou Instituts Universitaires de Technologie sont des structures intégrées au sein des universités. De ce fait, il s’agit d’une structure qui s’adresse aux élèves ayant obtenu leur baccalauréat. L’objectif principal est de préparer les apprenants à l’obtention d’un diplôme de DUT (Diplôme Universitaire de Technologie). Comparé au BTS ou au BTSA, le DUT requiert une formation beaucoup plus généraliste afin de préparer le titulaire à une grande polyvalence, qualité utile dans le monde professionnel.

Les classes préparatoires aux grandes écoles

Les classes préparatoires aux grandes écoles ou CPGE sont destinées aux différents concours d’entrée au sein de ces grands établissements, dont les écoles :

  • De commerce ;
  • D’ingénieurs ;
  • D’agronomie ;
  • De la Défense ;
  • Normales vétérinaires ;
  • Normales supérieures (ENS) : Lyon, Paris Saclay, Paris ULM ou Rennes.

Dès la première année, la filière scientifique offrira la possibilité de s’orienter vers les voies suivantes :

  • MPSI (mathématiques, physique et sciences de l'ingénieur) ;
  • PCSI (physique, chimie et sciences de l'ingénieur) ;
  • PTSI (physique, technologie et sciences de l'ingénieur) ;
  • TB (technologie, biologie) : voie destinée aux titulaires de bacs STL et STAV ;
  • BCPST (biologie, chimie, physique et sciences de la Terre) ;
  • TSI (technologie et sciences industrielles) : Bacs STI2D et STL.

Cependant, les CPGE s’adressent également aux profils littéraires, leur permettant ainsi de suivre les voies suivantes :

  • A/L (Lettres) : entrée à l’ENS de Paris-Ulm pour les lettres classiques ou Lyon pour les lettres modernes ;
  • B/L (Lettres et sciences sociales) : entrée à l’ENS de Paris-Ulm, Lyon ou Paris Saclay.

Enfin, certaines grandes écoles disposent d’une classe préparatoire, telles que l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, l’école des Chartes, l’ENS Paris-Saclay pour l’option design. Cette dernière école met à disposition des bacheliers généraux la possibilité d’effectuer une année de mise à niveau. Cela leur permet de se mettre à niveau des bacheliers STD2A.

Les écoles de commerce et d’ingénieurs

Les écoles de commerce et d’ingénieurs sont accessibles aux titulaires d’un baccalauréat. Elles proposent un concours d’entrée ou une sélection sur dossier afin d’intégrer divers domaines d’activités, essentiellement à travers des cursus :

  • Bac+2 ;
  • Bac+3 ;
  • Bac+5.

Que penser des écoles spécialisées ?

Les écoles spécialisées sont également envisageables afin de faciliter l’intégration au monde professionnel. Ce type d’établissement propose des cursus allant du Bac+3 à Bac+5. Les différentes écoles spécialisées sont les écoles :

  • Le digital

Les écoles du digital, comme Digital Campus, forment aux métiers du numérique, secteur disposant de forts recrutements.

  • Paramédicales

Les écoles paramédicales préparent les futurs diplômés aux métiers d’infirmier, de la pédicure, d’ergothérapeute, d’orthopédiste.

Les cursus s’effectuent généralement entre 3 et 4 ans. Toutefois, un aide-soignant n’a besoin que de suivre un cursus en Bac+1, contre une formation en Bac+5 pour un ostéopathe.

  • Du social

Les écoles du social sont accessibles aux bacheliers afin de leur proposer un cursus aboutissant à un diplôme d’État (DE). Ces écoles assurent une intégration aux métiers d’assistant de service social, mais aussi d’éducateur spécialisé ou de jeunes enfants.

  • D’art et d’architecture

Les écoles d’art et d’architecture forment des bacheliers aux métiers du graphisme et du design. Plusieurs domaines d’activités sont concernés par ce type de formation, dont la publicité, l’édition, mais également la communication.

  • De la police et de l’armée.

Afin de devenir gardien de la paix, les bacheliers peuvent miser sur les écoles de la police. Quant à l’école de l’armée, un cursus de Bac+1 leur assure déjà des postes en tant que sous-officier. Le personnel paramédical est également formé afin d’intégrer l’armée (terre, air, mer), la gendarmerie, mais aussi les hôpitaux d’instruction des armées.